lundi 4 février 2008

Jour de pluie

Les gouttes s'abattent lourdement sur la vitre, je me dis que bientôt je serai sous la pluie avec mes deux chevaux, que je marcherai que je subirai les intempéries, la chaleur, le froid, le vent. Je me dis que cela va être bon de vivre dehors une demi-année.Vous pourrez suivre sur ce blog mon voyage:


Un périple pédestre à travers la Chine aux milles visages.



Je vais m’atteler à une présentation du voyage dans ses grandes lignes.
Ce que je vous présente ici c’est un rêve, qui me porte nuit et jour et dont la perspective me plonge dans une joie sans pareil. Mais c’est aussi un projet qui s’il est ambitieux n’en est pas moins réaliste, réalisable et bientôt je l’espère en cours de réalisation.

Il s’agit d’une traversée de la Chine Le long d’une ligne nord-sud qui me mènera des confins du Xinjiang, en bordure de la Mongolie, jusqu’à la région de Litang au sud est du plateau tibétain.

Cette traversée s’effectuera de bout en bout, à pied avec deux chevaux de bat (dont l’un pourra être monté) et un matériel rudimentaire, exception faite de mon violon qui me suivra durant tout le voyage.

Le projet, loin d’un exploit sportif, ambitionne avant tout d’être une fantastique aventure humaine, celle d’une jeune femme de 21 ans lancée sur les chemins de Chine, au rythme lent de ses pas sur le sol.

Il s’agit de se plonger au cœur de la Chine, afin de tenter de la comprendre un peu, tout en prônant une certaine éthique de voyage, celle de la lenteur qui seule permet de toucher à l’essentiel.

Le but est de dresser un portrait de la diversité du monde chinois, des espaces traversés comme des gens rencontrés en rédigeant des brèves nouvelles.

Ce voyage me fera ainsi découvrir divers visage de la Chine, une chine musulmane, commerçante et nomade, une chine bouddhiste et montagnarde, une Chine des forets et des mythes taoïstes, une chine rurale le long des fleuves et enfin cette chine que l’on connaît par le biais des médias, celle des villes immenses et de la modernité.

Mais c’est aussi et surtout une formidable aventure dont le théâtre sera une Chine hors des entiers battus, une Chine sauvage et méconnue. J’arpenterai ce vaste pays du désert du Taklamakan aux contreforts de l’Himalaya.

Ainsi je partirai de février à septembre 2008, découvrir la Chine chemin faisant, mon violon et deux petits chevaux Kirghizes pour compagnons de route.

Aucun commentaire: