vendredi 22 février 2008

Un irakien a Tian'an men

Tout d'abord je voudrais dire que je rencontre des problèmes techniques avec ce blog, et à ceux qui pourraient y répondre peuvent le faire sur mon adresse mail claraarnaurd@hotmail.fr.
Et cela parce que mon premier problème est que je peux poster des messages, mais qu'il m'est impossible de voir mon blog, et les commentaires que les gens ont laissés. Est ce une histoire de censure, de contrôle de l'internet? Je n'en sais rien, mais je ne peux pas voir mon blog.
deuxième problème, je ne trouve pas les accents sur ce clavier, peut etre n'y en a t-il pas, et cela me fend le coeur d'ecrire ainsi.
dernier probleme, je n'arrive pas non plus à mettre des photos...je vais faire des progrès, je le promets...

Journée paisible à Beijing, que je quitte demain pour Xian. La ville est incroyablement contrastée: ruelles étroites qui sentent le ravioli, le souffre des pêtard qui ont éclaté la veille, ou encore les ordures et où s'entrecroisent bicyclettes et piètons. Avenues gigantesques, traversées par des flots de voitures, encadrées de building et d'enseignes qui clignotent et vantent un monde meilleure ou "impossible is nothing" et ou le "just do it" de la marque de sport Nike devient une maxime pour le pays tout entier. Sur des écrans, l'armée défile sous les yeux méduses de jeunes gens, et partout trône encore l'image de Mao.
"Maintenant avec notre nouveau président, la Chine est trés libre" me dit un jeune garcon qui sert d'interprète a un businessman irakien. Drôle comme les choses sont percues des deux côtés....en France la Chine n'a pas tellement une image de garantie des libertés individuelles. Je mange quelques raviolis en parlant avec l'irakien et le chinois, trois mondes, trois visions qui diffèrent...et au centre de la conversation notre nouveau président qui semble avoir mauvaise presse: auprès de l'irakien à cause de son reremariage, auprès du chinois qui dit préfèrer Chirac, lequel ne cachait pas son admiration pour la Chine...Et moi j'ai soudain des envies de grands espaces et de far-west...

Aucun commentaire: