dimanche 30 mars 2008

Esquisse d'une explication

"Comme une eau, le monde vous traverse et pour un temps, vous prête ses couleurs. Puis se retire et vous replace devant ce vide qu'on porte en soi, cette insuffisance centrale de l'âme qu'il faut bien apprendre à côtoyer, à combattre et qui est pourtant notre moteur le plus sùr" .

Voilà pourquoi partir.

"La dialectique de la vie nomade est faite de deux temps, s'attacher, s'arracher. On n'arrête pas de vivre avec ce couple de mot tout au long de la route".

Voilà pourquoi la marche à pied, le cheval, l'itinérance.

Nicolas Bouvier a répondu à ces questions bien mieux que je ne saurais le faire.
Bientôt, le désert.

Aucun commentaire: