lundi 31 mars 2008

Le temps d'un sourire

Comment relater la scène? La pénombre dans le bazar, je cherche un peson et la nuit n'est pas loin de s'abattre, une foule compacte, des silhouettes qui jaillissent de part et d'autre, chargées de paniers, de plâteaux de brochettes, des gens partout qui grignotent dans les échoppes, des artisans qui s'agitent. Et moi fatiguée, qui marche péniblement, c'est mon dernier jour ici, et j'ai passé deux nuits à vomir toute mes tripes après avoir ingurgitée de la viande douteuse. Je suis trés attentive, tous les regards sont tournés vers moi, je le sens, et j'ai pas mal d'argent, que j'ai changé aujourd'hui, pressé contre mon ventre dans une petite pochette. Je croise un ouighour rencontré la veille, beau hasard dans cette "foultitude". Je me dirige vers lui, un instant de relâchement, le temps d'un sourire, une caresse sur mon épaule, une main qui l'effleure, je comprends tout de suite car je suis sur mes gardes, mais ce tout de suite là est déjà trop tard. Une silhouette parmi des dizaines d'autres, partout des ombres qui cavalent, des petits cireurs de chaussures à l'affût, et le coupable du forfait qui est déjà trop loin. On vient de me faire le classique coup du vol à la tire dans le bazar. Tellement classique que je suis presque plus vexée qu'en colère.
VEXEE, ET EN COLERE.
Et je n'ai plus d'appareil photo.
Kahar, le garcon que j'allais saluer, est tout confus.
En bonne fille compréhensive, je dis que je comprends ce que représente un étranger pour un gamin des rues ou un type un peu perdu, une source d'argent facile. Il me rétorque que l'argent n'est pas la question, que c'est une question de morale, et que ce ne sont pas forcément les plus pauvres qui font ça. Il a raison.
En bonne fille qui culpabilise je m'en veux avec rage d'avoir laisser faire ça. Vaine rage.
En bonne moralisatrice,je me console en invoquant le caractère matérialiste de cet incident, ce n'est pas si grave n'est ce pas ?
En bonne matérialiste en fin de compte, je trouve que çà fait cher la soirée...
En bonne fétichiste aussi, je pleure mes images disparues, certaines photos qui furent le fruit d'un effort de construction, et d'une relation aux gens.
Alors je bénis plus que tout, l'écrit, qui nécessite stylo et papier, et ne suscite pas de telles convoitises, dont le matériel est accessible à tous, qui demeure avant tout un produit de l'esprit.
Mais deux jours à me tordre en deux avec l'estomac en furie, et cet incident, ce n'est pas le hamburger que m'offre Kahar au KFC qui me réconforte. Cette hérésie alimentaire suintant le gras et le mauvais sucre me tombe dans le ventre violemment.

Comment dit-on "journée de merde" en chinois ?

Enfin en faible fille, je me plains, c'est le recours des faibles de se plaindre, non ? Mais demain, tout ira bien, car je ne suis pas si faible, matérialiste, moralisatrice et fétichiste que ca, je crois...

5 commentaires:

anne-marie a dit…

Q'on lui coupe les mains, les pieds, la tête....alouette ! Non, je plaisante....on est pas des sauvages.
N'empêche que ce voleur, le temps d'un sourire, nous prive d'un lien précieux : les clichés de notre aventurière. Ce que cela ne tienne, il nous reste ses écrits et notre imagination.Demain tout ira bien, n'est ce pas Clara ?

anne-marie a dit…

Comment dit-on "journée de merde" en chinois ?
DAO MEI DE YI TIAN

Pierre-Alain a dit…

Coucou Clara
J'ai pris de tes nouvelles auprès d'Annick mais ce matin j'ai pensé à t'écrire en écoutant "Shu-De Voices From The Distant Steppe"

Moi à ta place je lui dirai merci à ce voleur...
Sans ton appareil tu n'apparais plus comme une touriste à leurs yeux, par la grâce d'un larcin maintenant tu es véritablement rentrée dans la photo que tu voulais prendre...
Tu n'as plus de compte à rendre, de soirées diapos à programmer pour ton retour...
Ce voyage est tout à toi, sans témoins...
Galope, étourdit toi, ne culpabilise plus et reviens nous la tête éblouie par ce pays incroyable que tu vas traverser ça nous suffit

OM MANI PADME HUM

Anonyme a dit…

Bonjour !
Juste un petit message... C'est Mme Amable, ma prof d'histoire-géo qui nous a parlé de ton périple et donné l'adresse de ton blog. Tes aventures sont vraiment passionnantes ! Ta plume nous fais vraiment partagé des sensations et des émotions très fortes. Tu me semble être une fille extraordinaire. Tanpis pour l'apareil photo, toujours sur la route c'est le principal.
Bonne chance pour la suite, je continuerai à suivre de tes nouvelles !

Marjolaine

Anonyme a dit…

Bonjour Clara,

Je suis avec grand interet tes aventures et peripeties. Bravo et quel courage! Je suis desolee pour tes mesaventures, je te fais suivre asap la traduction de 'journee de merde' en chinois; cela te soulagera sans doute. Je reviens de Mongolie et de l'Altai ou j'ai rencontre les Kazakhs et ecoute leurs chants superbes. Bonne route et bon vent
Big bisous pensant tres fort a toi et a ton petit cheval mongol.
Patricia