mercredi 5 mars 2008

Les Huit Immortels, les quatre policiers et Clara

Après midi grisâtre, le ciel semble plus que jamais avoir honte des immondes grattes-ciel, qu'il camoufle derrière cet horrible rideau de pollution. Je tousse de plus belle, et aucune des médecines chinoises que j'ai testée avec courage, n'y peuvent rien. Mes poumons exècrent l'urbain, je m'y suis résignée en espèrant que le grand, le bel air, les soulagera de ce poids terrible d'ici trés peu. Au détour d'une ruelle, je pénètre enfin dans la rue du temple des Huit Immortels...Je me plaîs à aller m'imprégner des heures durant de l'atmosphère des marchés, des rues, mais aussi des édifices religieux, qui en disent long souvent sur le rapport d'un peuple au sacré. Ces chinois que l'on m'avait promis désagréables (et je m'étais préparée au pire), je les trouve plutôt drôles et sympathiques, faciles d'abord, on me les avait promis plutôt athés, et bien sur je les découvre très marqués par le sacré, que cela soit dans le cadre des religions, bien présentes, ou des superstitions, encore plus voyantes dans le paysage. Dans cette rue donc, sont assis partout le long du trottoir des hommes vêtus de tenue de la plus rigoureuse (tunique et chapeau noir) aux plus extravagantes (barbes hallucinantes, collier de perles et veste jaune: ce sont des "sages", des oracles, des sorciers, des voyants, des moines aussi, je ne sais pas exactement, et ils sont ici pour répondre aux problèmes des gens qui viennent les consulter avec grand sérieux. Charlatans, ou ascètes, ces sages de la rue font communier le ciel et les hommes du rebord de leur petite chaise, convoquent les esprits, lisent dans l'avenir...Une femme m'en fait une brillante démonstration à laquelle je ne comprends mot. Entrée dans le temple, j'observe une scène d'un autre âge. Dans un temple, que l'on dirait sorti d'une peinture classique, des moines vêtus de noir déambulent de cour en cour, les cheveux nattés, me gratifiant de sourires bienveillants alors que je fais le tour du propriétaire. Bien sùr je n'ai pas les clefs pour comprendre ce que je vois sous mes yeux. Qui étaient les Huit Immortels? Quelle place a le taoïsme dans la Chine d'aujourd'hui ? Je ne peux le mesurer, mais à l'ombre des immeubles, les chinois viennent ici brûler de l'encens et prier. C'est alors que s'avancent vers moi quatre policiers, ce qui aussitôt m'inquiète. Je suis loin de me douter que je vais passer une heure à parler avec eux, dans un héroique élan de communication de ma part, et un héroique élan de patience de la leur pour se faire comprendre. Après une séance photo des plus cocasses au milieu du Temple, les policiers retournent prier les Huit Immortels, me laissant hilare au milieu de la cour centrale.

2 commentaires:

anne-marie a dit…

Bonjour Clara
Ton dernier récit s'apparente aux catalogues de voyage où l'on peut avoir un premier aperçu de ce qui attend une fois sur place. Etant totalement néophyte sur les religions chinoises, je me suis précipitée sur le web afin d'en savoir plus sur ces huit immortels.
Vive wikipédia.....
Si d'autres l'on déjà fait, je profite de cette tribune pour te dire qu'il est très agréable de te lire. Ton écriture est légère et imagée. Un vrai régal quotidien.

Denise a dit…

Good for people to know.