jeudi 6 mars 2008

Sichuan Wu Xiang Tofu?

Tous les soirs, c'est la même histoire. Je pénètre dans un petit restaurant de quartier, une des innombrables petites salles donnant sur le trottoir, avec cuisine attenante donnant aussi sur la rue, où s'agitent quelques cuistots, maniant le couteau avec dextérite. Et tous les soirs on m'apporte le menu, que je demande en chinois avec une assurance feinte. Je fais alors mine de tout comprendre, et plongée dans la description des plats, que le menu comprend par dizaines et qui chacun compte une quantité stupéfiante d'ingrèdients diffèrents, de légumes, d'épices, je m'efforce de trouver un mot que je connaisse. Je finis généralement par opter pour un tofu, en priant trés fort pour qu'il ne soit pas trop épicé. Ainsi, lorsque la serveuse a regardé ma face d'europèenne avec stupéfaction en me demandant trois fois de suite " Sichuan Wu xiang Tofu?!!" j'ai cru malin de lui répondre, "Shi a" ( oui.)Il faut dire que ce tofu aux cinq parfums du Sichuan (une région de montagne du sud ouest), me semblait prometteur....
Lorsqu'elle m'a vu ressortir de son restaurant le visage violet et la bouche enflée, elle a du bien rire, en se disant que ces europèens ne tiennent vraiment pas le piment. Désormais je me méfierai de la cuisine du Sichuan....
L'autre élèment de comique dans les restaurants, c'est le voisin de table que le hasard place en face de vous. Parfois c'est une jolie chinoise qui mange son chou aux cinq épices avec calme, et puis de temps en temps, on tombe sur un vrai rustre qui aspire ses nouilles en faisant gicler du bouillon jusqu'au plafond, crachant ses bouts de piments sur la table, reniflant, engouffrant dans sa bouche grande ouverte d'immenses tas de nouilles que ses baguettes poussent dans son gosier. Le spectacle est cependant folklorique et fort dépaysant, d'autant qu'il ne suscite pas la réprobation, entre ces deux peuples, c'est une trés longue histoire d'incompréhension.

3 commentaires:

LeVraiFrançois a dit…

Ah la la!! Toutes ces histoires de piments, de cinq parfums et de cinq épices me mettent l'eau à la bouche! Quand je pense à quel point la cuisine chinoise en France est stéréotypée, grasse et dégueulasse (hormis quelques exceptions bien sûr), j'en viens à férocement envier tes petits restaus de quartier!

Anonyme a dit…

alors le vrai françois est amoureux d'elle ou quoi???
aprés moulte commentaires il est évident que tes paroles ne sont pas indifferentes au charme de notre jeune aventurière....

une philosophe en herbe

Florian a dit…

On a les mêmes "rustres" en France, on les repères vite ceux là.