mardi 3 juin 2008

Le gardien du temple




Je ne résiste pas à l'envie de quelques dernières photos.

Le Tibet offre au voyageur des instants d'éternité, où tout semble se suspendre, où le souffle du vent lui-même est comme retenu. Des instants qui balaient la rudesse des journées de marche qui abiment les pieds, usent les nerfs, éprouvent le corps.
Des instants qui valent plus que l'on ne saurait l'écrire et qui vous coupent le souffle bien plus que l'altitude.
Des rencontres aussi. Le gardien du temple de Madoi, où je me promène cet après-midi, maussade après avoir essuyé une énième chute de neige glacée, a passé vingt ans dans la prison de Lhassa. Vingt ans, et il parle d'une manière lumineuse, et il est radieux. " J'ai souffert, mais je n'ai pas de rancune, aucune". Et son sourire m'irradie. Demain, je reprendrai la route en repensant à ce visage de paix.

3 commentaires:

Marjolaine a dit…

Quelles photos ! Quelles couleurs ! Quelle lumière ! Magnifique !

Caroline et Nicolas a dit…

Chaque jour à te lire est un joli moment pour moi.
Assise derriére mon bureau mais pour dix minutes le tête tournée vers la chine. Moment d'évasion.

Merci de faire partager tes émotions.
Trés belle aventure pour une si jeune femme.
Caroline.

anne-marie a dit…

Superbes photos. Grâce à tes yeux et à tes écrits, nous touchons l'universalité d'une culture et la paix intérieure que certains arrivent à cultiver tout au long de leur vie.